Nouvelles de l'industrie


La crise COVID-19 a stimulé l'intérêt des consommateurs pour les produits locaux. Judith Kolenburg explique comment les distributeurs réagissent quant à leurs stratégies MDD.
Regardez la vidéo ici.

 

 


Une meilleure préparation face aux Nutri- et Eco-scores : Sebastiaan Schreijen, analyste principal et Cyrille Filott, responsable de la stratégie mondiale en alimentation de grande consommation nous en disent plus.
Regardez la vidéo ici.

 

 

PLMA E-Scanner – décembre 2021

décembre, 2021
Les distributeurs traditionnels font équipe avec les livreurs express

L’essor des sociétés de livraison rapide, qui garantissent un délai de livraison de dix à vingt minutes pour leurs produits alimentaires, attire les enseignes traditionnelles. La popularité, l’efficacité et la disponibilité de ce service rapide représentent une aubaine intéressante pour certaines chaînes de magasins qui développent actuellement des partenariats avec les acteurs du secteur.

Tesco collabore avec le prestataire de livraison Gorillas et teste un service de livraison en dix minutes pour une sélection de 2 000 articles vendus dans ses supermarchés. Dans le cadre de cet essai, les équipes de Gorillas ont installé de petits entrepôts dans les espaces libres des supermarchés de l’enseigne. En France, le groupe Casino a pris une participation dans Gorillas. Casino est déjà fournisseur des magasins-entrepôts de Gorillas et plusieurs centaines de références MDD de Monoprix viendront s’ajouter à la gamme Gorillas dans le cadre de cette collaboration.

Rewe a pris une participation dans le service de livraison express Flink. Ce service rapide intègre désormais plusieurs références de marque Rewe à son offre, notamment les produits bio et de proximité de la gamme Beste Wahl. Carrefour a signé un partenariat avec la start-up française Cajoo, qui assurera le ramassage de 2 000 produits alimentaires et non alimentaires (de marques nationales et Carrefour) commandés sur l’application Uber Eats.

Ce type de partenariat permet aussi de limiter les frais sur le dernier kilomètre, une étape coûteuse et source de pertes pour les enseignes.

L’UE cherche à cesser la déforestation

L’Europe est le deuxième acheteur de soja, de bœuf, d’huile de palme, de cacao et de café. Ces produits sont fabriqués à échelle industrielle, ce qui nécessite de raser des forêts. L’Union européenne vient d’introduire des mesures visant à limiter la déforestation industrielle.

Cette règlementation impose des principes de diligence raisonnable aux entreprises pour garantir que les produits commercialisés au sein de l’UE sont légaux et non issus de la déforestation. Les importateurs d’aliments et de certains produits dérivés devront démontrer que leurs cultures sont installées sur des terrains agricoles existants. En premier lieu, les produits introduits sur le marché devront être traçables pour que leur origine puisse être clairement établie.

La Commission mettra en place un système d’évaluation des différents pays ainsi que du risque de déforestation et de dégradation forestière qu’ils présentent. Les états-membres européens seront responsables d’effectuer les vérifications.

Nutri, Eco, Planet, les scores ont le vent en poupe

L’étiquette Nutri-Score est apposée sur les produits des supermarchés européens depuis quelques années déjà. Ce système classe la valeur nutritionnelle des produits sur une échelle de A (très bon pour la santé) à E (mauvais pour la santé). L’étiquette, qui incite les fabricants et distributeurs à reformuler leurs produits pour obtenir un meilleur score, est connue des consommateurs et les aide à choisir des produits plus sains.

Cette année a vu émerger l’étiquette Eco-Score, qui classe l’empreinte environnementale des produits de la ferme à l’assiette. Le système mesure l’émission de CO2 des produits, mais aussi leur impact sur l’eau, la biodiversité et les matières particulaires. Tout comme Nutri-Score, l’étiquette Eco-Score est apposée sur le devant des produits, A désignant une empreinte écologique faible et E une empreinte écologique élevée. Colruyt a adopté ce nouveau score pour ses produits MDD et compte l’étendre aux marques nationales dans les mois à venir. Lidl Europe et Carrefour commencent aussi à l’utiliser.

Ce modèle d’étiquette a été décliné dans une troisième version : Planet-Score. 27 fabricants et huit distributeurs français comprenant Auchan, Lidl, Franprix et Monoprix vont essayer cette étiquette sur 1 000 produits alimentaires. Similaire à Eco-Score, elle permet d’évaluer certains facteurs tels que l’utilisation de pesticides, l’impact climatique, la biodiversité et le bien-être animal lorsqu’il n’est pas possible d’évaluer le cycle de vie du produit.

Toutes ces étiquettes apposées sur le devant des emballages aident les consommateurs à choisir des produits plus sains ou durables. À la place d’un code-barres, les informations sont directement fournies par une lettre comprise entre A et E.

Ocado développe l’automatisation de ses entrepôts

Le supermarché en ligne britannique Ocado souhaite automatiser l’intégralité du processus commercial, depuis l’usine ou l’unité de production jusqu’au frigo du consommateur. L’enseigne, qui utilise déjà des milliers de robots, veut remplacer la plupart des postes en entrepôt par des machines.

L’entreprise fournit déjà sa technologie e-commerce à des chaînes de supermarchés traditionnelles telles que Monoprix, Alcampo, Coles, Sobeys, Kroger et Marks & Spencer. Avec le développement des ventes en ligne, la pénurie de main-d’œuvre et l’augmentation des prétentions salariales, ses centres de gestion des clients automatiques intéressent de plus en plus les distributeurs internationaux.

Il est déjà courant de confier la manutention des produits non alimentaires à des robots, mais la tâche est plus difficile pour les produits alimentaires, qui peuvent être fragiles, frais ou surgelés. En cas de succès, cette solution automatisée pourrait bouleverser le marché du travail pour les produits alimentaires.

Mere ralentit son expansion

Le hard discounter russe Mere revoit son expansion ambitieuse à la baisse en Europe de l’Ouest. L’enseigne avait annoncé, il y a quelques mois, qu’elle voulait ouvrir dix magasins en Belgique et au moins trois en France et au Royaume-Uni. À ce jour, un seul point de vente a été ouvert au Royaume-Uni, avec du retard car la sélection de produits était insuffisante.

Mere n’exploite pas d’entrepôts : les magasins proposent leurs références en libre-service, sans étagères. Les produits sont stockés sur des palettes livrées directement par les fournisseurs. L’enseigne semble avoir du mal à trouver des fournisseurs dans cette région. Les conditions qu’elle leur impose sont effectivement très strictes : ils doivent offrir des prix largement inférieurs à la concurrence, ils sont responsables de la livraison des produits dans les magasins et ils sont tenus de reprendre les invendus. À condition de trouver des fournisseurs locaux acceptant ses conditions générales, Mere pourrait occuper le marché laissé par Aldi et Lidl depuis qu’ils ont monté en gamme en Europe de l’Ouest.

Migros vise 70 % de réduction de CO2 pour son transport

En collaboration avec Empa, le distributeur Migros a développé un logiciel en interne qui affiche le flux des marchandises en temps réel. Avec cette solution baptisée M Opex Tower, la logistique du distributeur est plus sûre, plus efficace et plus écologique.

Cet outil exploite une copie numérique de sa chaîne d’approvisionnement mondiale pour afficher la progression des produits en temps réel sur la route, les rails ou l’eau. Un algorithme calcule ensuite le mode de transport optimal en termes d’émissions. Grâce à ce logiciel, Migros ambitionne de réduire ses émissions de CO2 sur la route de 70 % d’ici 2030.

En plus de décarboner les livraisons en magasin, l’outil permet au distributeur de réagir rapidement aux perturbations sur la chaîne d’approvisionnement, ce qui améliore sa résilience.

Dans les magasins 

Tesco abandonne son format de magasin Jack’s. Booker Wholesale, filiale de Tesco, va maintenir et développer la MDD Jack’s dans ses points de vente.

Monoprix a lancé un nouveau programme de fidélité baptisé Compte M. Ce nouveau programme sera personnalisé et davantage axé sur le service, avec des offres adaptées aux habitudes d’achat des clients.

Okay, le format urbain de proximité de Colruyt, vient d’ouvrir un supermarché autonome en libre-service ouvert 24 h/24 et 7 j/7. Les clients scannent leur carte de fidélité ou leur application pour accéder au magasin. La gamme d’environ 650 produits comprend des grandes marques comme des marques propres.

Dans le cadre de ses mesures de promotion d’une alimentation saine, Pingo Doce ajoute désormais l’étiquette Nutri-Score à l’ensemble de ses produits MDD.

Kaufland lance une nouvelle gamme de produits cosmétiques sous sa marque propre Bevola Naturals. Cette nouvelle gamme est climatiquement neutre grâce à divers projets de protection du climat, l’introduction de produits vegans et une certification Natrue.

En Espagne, Carrefour appose la mention « cercle de qualité » à son lait MDD. Le produit bénéficie aussi d’un emballage plus durable avec 86 % de matière renouvelable.

Tesco lance une nouvelle gamme de vaporisateurs nettoyants réutilisables sous MDD. Il suffit de mélanger les capsules solubles Tesco avec de l’eau, puis d’ajouter le mélange aux bouteilles pour les réutiliser.

Albert Heijn prévoit de n’utiliser que des emballages 100 pour cent recyclables pour ses propres produits d’ici 2025. Le distributeur étend aussi la zone de livraison de son service AH Compact à plus d’un million de foyers aux Pays-Bas.

Kaufland et Lidl commencent à conditionner leurs produits bio avec du papier composé de silphie. Selon les distributeurs, ce papier innovant à base de plantes peut être utilisé pour divers produits alimentaires et non alimentaires.

Migros introduit le premier œuf dur à base de plantes du monde sous sa marque V-Love. Ce substitut composé de protéine de soja ressemble à un œuf ordinaire et peut être découpé et préparé de la même manière que l’original.

Le prestataire de services alimentaires Transgourmet développe sa gamme de produits avec une nouvelle MDD à base de plantes baptisée Plant-based. Cette gamme de produits végétariens et vegans s’ajoute à une offre de services comprenant des formations et des conseils sur les produits à base de plantes dans le secteur de la restauration.

Carrefour réduit définitivement le prix de 300 produits sous marque propre dans les catégories les plus populaires avec le slogan suivant : « Quand tout augmente, Carrefour baisse les prix ».

Jumbo a lancé l’étiquette dite van Dichtbij (« de proximité ») pour ses produits alimentaires MDD provenant des Pays-Bas. L’enseigne assurera la promotion de cette nouvelle gamme dans ses publicités, sur son site web et en magasin avec un rayon van Dichtbij dédié.

SPAR International lance une nouvelle gamme MDD sur les marchés européens sous l’appellation SPAR N°1 Value. La gamme comporte 70 références et devrait en ajouter plus de 30 supplémentaires d’ici la fin de l’année.

En Suisse, Lidl étend son offre de produits régionaux avec le concept Typisch (« typique »). Des produits régionaux seront désormais vendus dans les magasins Lidl du pays sous la marque commune Typisch.

Delhaize lance un projet pilote de cuisine sur place en collaboration avec Tastyoo pour ses supermarchés de Belgique, qui lui permettra de proposer des plats chauds et froids aux clients.

Asda introduit une bière pression à contenant réutilisable. Les clients choisiront parmi 12 déclinaisons fraîchement tirées à emporter dans des contenants en verre ou des bidons réutilisables.

Études de marché 
Près de la moitié des Européens mangent moins de viande

Une enquête menée en Europe par l’ONG ProVeg International en collaboration avec Innova Market Insights, l’université de Copenhague et l’université de Ghent souligne une nouvelle tendance importante à l’alimentation à base de plantes sur l’ensemble du continent.

46 % des 7 500 consommateurs interrogés dans dix pays européens ont indiqué manger moins de viande aujourd’hui qu’il y a un an. 39 % d’entre eux comptent réduire leur consommation de viande (bœuf, porc et poulet) au cours des six prochains mois.

28 % des consommateurs européens comptent réduire leur consommation de produits laitiers (tels que le lait, le yaourt et le fromage) et 26 % d’entre eux déclarent vouloir consommer davantage de produits à base de plantes dans les six mois à venir.

30 % des personnes interrogées s’identifient comme étant flexitariennes. Les pays comptant le plus de flexitariens sont les Pays-Bas (42 %) et la Roumanie (40 %). 7 % des consommateurs de l’échantillon total sont des consommateurs de produits végétaux (vegans et végétariens).

Enquête : de nombreux Européens passent aux MDD

D’après une étude effectuée en début d’année par Pricer sur 18 000 consommateurs dans dix pays européens, entre un tiers et la moitié des consommateurs préfèrent aujourd’hui les marques propres aux grandes marques. En moyenne, un peu plus de la moitié (51 %) des
consommateurs choisissent régulièrement des MDD plutôt que des grandes marques, si possible.

L’étude souligne aussi que sur l’ensemble des marchés, 64 % des consommateurs voudraient voir plus d’informations sur les produits en bordure de rayon, en plus du prix. Cette demande est la plus forte en Espagne et en Italie. De plus, les clients sont davantage susceptibles d’acheter un produit lorsque les informations le concernant sont claires et faciles d’accès.

Nouvelles PLMA 
PLMA organisera sa conférence annuelle Table Ronde en ligne les 23 et 24 février 2022

Cette année, la conférence a pour thème « Le pouvoir de la durabilité ». Mettre en œuvre une activité MDD durable est un véritable défi pour les distributeurs et les fabricants. Chaque aspect de l’activité d’une entreprise est touché : approvisionnement, composition et transport des produits, traitement, emballage, gestion des déchets et conception de magasins et d’entrepôt. Quels sont les leviers et les barrières intervenant dans les démarches durables ? Quel est le rôle du consommateur ? Comment les entreprises doivent-elles investir pour changer et assurer leur réussite à l’avenir ?

La Table Ronde de la PLMA offre des analyses et permet de discuter de ces problématiques essentielles. Pour vous inscrire et obtenir plus d’informations, cliquez ici.

Évènements 
23 et 24 février 2022

Table Ronde en ligne de la PLMA

31 mai et 1er juin 2022

Salon international « Le Monde de la Marque de Distributeur » de la PLMA
Amsterdam