Nouvelles de l'industrie

PLMA E-Scanner – avril 2017

avril, 2017
Qui sera récompensé à l’occasion des « Salute to Excellence Awards » ?

Quels sont les distributeurs qui ouvrent la voie de l’innovation avec leurs produits de marque de distributeur ? Découvrez-le le mois prochain, à l’occasion de l’édition 2017 du salon international « Le Monde de la Marque de Distributeur » de la PLMA. C’est en effet lors de cet événement que seront annoncés les lauréats des « International Salute to Excellence Awards » 2017 de la PLMA qui mettent à l’honneur les distributeurs pour leur innovation dans les produits de marque de distributeur et leurs emballages. La remise des prix marquera le coup d’envoi des séminaires préliminaires au salon qui seront organisés le 15 mai au Centre des Expositions RAI.

Le deuxième séminaire, « L’avenir des marques de distributeur », sera présenté par Alexander Kottke, analyste de recherche chez Euromonitor International. Il se penchera sur les tendances clés, telles que le commerce en ligne, la consolidation du secteur de la distribution et le discount, qui exerceront un impact considérable sur les marques de distributeur au cours des prochaines années.

Enfin, la présentation « Comprendre la génération Y » viendra clôturer cette journée de séminaires préliminaires. Richard Cope, conseiller sénior chez Mintel, s’intéressera à la façon dont les distributeurs et les fournisseurs peuvent parvenir à toucher cette nouvelle génération de consommateurs. La participation à ces séminaires est gratuite pour tous les visiteurs et exposants inscrits. Les différentes présentations seront interprétées en allemand, anglais, espagnol, français et italien.

Le salon international « Le Monde de la Marque de Distributeur » 2017, qui se tiendra les 16 et 17 mai, constituera le plus grand salon jamais organisé, avec près de 2 500 sociétés exposantes, parmi lesquels près de 60 pavillons nationaux et régionaux dans l’espace d’exposition. L’édition 2017 du salon s’articulera autour du thème « Aider les consommateurs », et se penchera tout particulièrement sur la façon dont les marques de distributeur apportent de la valeur et de l’innovation aux consommateurs, en Europe comme dans le monde entier. Pour de plus amples informations sur le salon « Le Monde de la Marque de Distributeur » 2017 de la PLMA, veuillez cliquer ici.

La concurrence fait rage sur la toile

Alors que les distributeurs de produits alimentaires investissent de plus en plus dans leurs propres programmes en ligne, Amazon poursuit son expansion en Europe.  Amazon vient de lancer son service Amazon Pantry en Belgique et en France, et commercialise désormais des milliers de produits de marque de distributeur de Tegut, le distributeur allemand. En Allemagne, Amazon recourrait aux services de livraison DHL pour honorer ses commandes Amazon Fresh. Initié à Berlin, ce service de livraison s’étendra bientôt à d’autres villes. D’après certains rapports, un centre logistique dédié à Amazon Fresh serait en construction à Munich.

Les distributeurs traditionnels se préparent à se livrer une rude concurrence sur la toile. Carrefour prévoit de tripler ses ventes en ligne de produits alimentaires et non alimentaires, pour atteindre 4 milliards d’euros d’ici 2020. Dm, la chaîne de drugstore allemande, a annoncé que ses ventes en ligne avaient fortement augmenté, notamment dans le domaine des cosmétiques, et qu’elle souhaitait mettre en place un modèle d’abonnement. Au Royaume-Uni, Tesco élargit son service de vente en ligne avec point d’enlèvement (le jour même) avec une nouvelle tranche horaire tôt le matin. En Italie, Esselunga teste le même type de service à Milan et à Florence.

Le Brexit pourrait bien déstabiliser les marques

D’après une enquête, les consommateurs britanniques pourraient bien abandonner les grandes marques au profit des marques de distributeur, changer de supermarchés, et même manger moins de chocolat si les prix de l’alimentaire augmentent dans le sillage du Brexit. La plupart des foyers ont déjà ressenti une hausse des prix au cours des six derniers mois – c’est ce que révèle une enquête menée par Retail Economics auprès de 2 000 consommateurs. Concernant les courses alimentaires, deux tiers des personnes interrogées s’attendent à voir le montant de leur ticket de caisse pour la semaine grimper au cours des six prochains moins, avec deux personnes sur cinq imputant la faute de l’inflation des produits alimentaires au Brexit.

Près de la moitié des consommateurs (48 %) se sont déclarés prêts à se tourner vers des produits de marque de distributeur moins chers si les courses alimentaires de la semaine augmentaient de 3 %, soit le niveau d’inflation annoncé par les experts pour les produits alimentaires d’ici la fin de l’année. 44 % des répondants ont également déclaré qu’ils n’hésiteraient pas à acheter leurs produits chez un distributeur moins cher, 39 % feraient l’impasse sur le chocolat et les confiseries et 11 % comptent manger moins de viande.

Les consommateurs ont un penchant pour les produits frais et sucrés

D’après de nouvelles données de Nielsen, les produits frais et les confiseries représentaient près de deux tiers (61 %) de la croissance observée sur le marché des produits alimentaires en Europe occidentale l’an dernier.  Les consommateurs ont dépensé 4,3 milliards d’euros de plus pour les produits du secteur des biens de grande consommation chez les distributeurs de produits alimentaires, soit une croissance de 0,9 % par rapport à l’année précédente.

Les produits frais représentaient 38 % de la croissance globale du marché, surclassant les confiseries et les collations, qui n’équivalaient qu’à un peu moins d’un quart (23 %) de la croissance. Les boissons alcoolisées correspondaient quant à elles à 20 % de la croissance globale. « Si la croissance observée pour les produits frais et les confiseries a principalement été renforcée par le fait que les consommateurs achetaient plusieurs produits, celle des boissons alcoolisées s’explique plutôt par les prix plus élevés de ces produits », a ajouté Nielsen

D’après ces mêmes données, les fournisseurs de petite et moyenne taille ont enregistré de meilleurs résultats que les plus grandes sociétés. Les fabricants ne comptant pas parmi les dix distributeurs les plus importants représentaient 70 % de la croissance sur le marché des produits alimentaires en Europe occidentale, tandis que les marques de distributeur correspondaient aux 30 % restants.

Les distributeurs misent sur les légumes

Les marques de distributeur sont véritablement en train de créer leur propre potager. En effet, les distributeurs investissent massivement dans de nouveaux produits afin de répondre à la demande croissante de produits végétariens à travers l’Europe :

Aux Pays-Bas, Albert Heijn a lancé une gamme de soupes fraîches, de sauces pour pâtes et de currys composés exclusivement de légumes, d’herbes aromatiques et d’épices.

Carrefour Pologne a mis sur le marché sa propre marque de produits bio « BIO warto! » [Le BIO le vaut bien], fabriqués à partir de légumes de producteurs polonais. Cette gamme de produits comprend également des légumes-racines et des racines comestibles, provenant intégralement de producteurs polonais certifiés.

En Espagne, Mercadona a lancé une ligne de produits végétaliens.

Le distributeur suédois Coop Sverige commercialise désormais une gamme d’aliments végétaliens, végétariens et « sans », fabriqués dans le pays même, à partir d’ingrédients suédois.

Au Royaume-Uni, Lidl a introduit une gamme de légumes « aux formes rigolotes » pour les enfants, aux appellations hautes en couleur, telles que « brocoli mini arbre », « nuages de choux-fleurs », « petits cochons patate » ou encore « carottes licornes ».

Auchan renforce sa marque

Auchan compte investir 1,3 milliard d’euros sur trois ans afin de redynamiser sa marque et mettra l’accent sur la marque Auchan en France. Cette année, le distributeur prévoit de rebaptiser 256 magasins Simply Market et A2Pas sous les bannières Auchan Supermarché et MyAuchan.

Le distributeur prévoit également de former une coentreprise avec Système U et Schiever, qui sera baptisée Alliance. D’après certains rapports, le groupe compte mettre sur pied, dans un avenir proche, une centrale d’achats pour l’organisation en France.

Dia et Eroski en pleine collaboration

Dia et Eroski travaillent ensemble sur un nouveau projet axé sur les marques de distributeur. Les distributeurs espagnols ont annoncé avoir signé une déclaration d’intention en vue d’initier un projet visant à améliorer la qualité générale des produits de marque de distributeur, tout en restant compétitifs sur les prix et en baissant les coûts. Les produits frais tels que l’huile, le lait et les œufs ne feraient pas partie de l’accord.

Cet accord s’inscrit dans la continuité de la coopération déjà existante entre les deux groupes, qui a débuté en 2015 par un pacte visant à négocier conjointement « avec les grands fournisseurs de marques nationales et internationales », dans le but de proposer des prix toujours plus avantageux. Les produits frais classiques et les petits producteurs locaux n’ont pas fait partie des négociations.

Dia et Eroski ont clôturé l’année avec un total de 5 010 points de vente, et des parts de marché combinées de près de 21 % de l’ensemble des ventes en Espagne.

El Corte Inglés lance La Biosfera

El Corte Inglés lancera prochainement La Biosfera, un format de vente au détail misant sur les produits écologiques, bio et soucieux de l’environnement. Les magasins La Biosfera porteront haut les couleurs de leur nouvelle marque de distributeur « El Corte Inglés Bio ».  Sur une surface maximale de 150 m², l’enseigne implantera ses premiers magasins à Valence, puis à Barcelone, à Madrid et dans d’autres villes. Le distributeur table sur l’ouverture d’une vingtaine de magasins d’ici l’automne. Le concept La Biosfera sera ensuite introduit dans ses supermarchés et ses formats Hipercor.

Parmi les produits proposés, les consommateurs pourront notamment retrouver des produits frais, des œufs, des produits laitiers, différentes variétés de pains, des aliments sucrés, du poisson, des fruits à coque, des produits pour bébés et des produits surgelés. Tous ces produits proviendront en priorité de producteurs locaux et offriront aux consommateurs l’opportunité d’acheter des légumes et de nombreux autres aliments au poids. Ces produits arboreront tous un label délivré par l’organisme de certification écologique, bio ou environnementale compétent.

EMD à la conquête de l’Australie

European Marketing Distribution (EMD) vient de pénétrer le marché australien avec un partenariat avec Woolworths. Le distributeur s’appuiera sur EMD pour la livraison de ses principales gammes de marques de distributeur, et ce, pour ses 1 000 magasins répartis à travers toute l’Australie, et ses plus de 180 points de vente en Nouvelle-Zélande. D’après EMD, ses liens avec Woolworths proviennent à l’origine de l’approvisionnement en marques de distributeur uniquement. Woolworths a déclaré que « cet accord offrira un réseau direct aux fournisseurs australiens et néo-zélandais de Woolworths, et permettra ainsi de maximiser l’investissement et les opportunités de croissance avec les distributeurs européens. » EMD enregistre aujourd’hui un chiffre d’affaires de 216 milliards d’euros.

Tesco lance Freshpet

Tesco lance Freshpet, une gamme de produits frais pour animaux de compagnie. Ce lancement fait suite à la hausse des ventes des produits gourmets pour chiens et chats, chez le distributeur. Les ventes des aliments premium pour chiens et chats fabriqués à partir d’ingrédients naturels et bio ont affiché une hausse de 20 % l’an dernier, avec plus de deux millions de produits vendus, d’après Tesco. La gamme Freshpet est composée de dix produits, dont de délicieux menus pour chiens poulet-légumes-riz complet ou poulet-épinards-pommes de terre, ou encore des repas pour chats à base de bœuf et de légumes. Les prix varient entre 3,50 et 13,50 livres.

Albert Heijn mise sur le sans gluten

Albert Heijn a élargi son offre de produits sans gluten de sa gamme « Vrij van Gluten » (Sans gluten). En réponse à ce qu’il désigne comme une augmentation rapide du nombre de consommateurs qui optent pour le sans gluten, le distributeur a ainsi lancé 25 produits, dont du pain et des mélanges de farines, des pâtes, des biscuits et des gâteaux apéritifs. Les produits arborent un nouvel emballage et sont estampillés du logo « Vrij van Gluten ». Le distributeur néerlandais avait déjà lancé une gamme de soupes fraîches, de sauces et de currys fabriqués exclusivement à partir de légumes, d’herbes aromatiques et d’épices, sans conservateurs, dans le cadre de sa gamme AH Verse (AH Frais).

Un magasin Jumbo éphémère

Aux Pays-Bas, Jumbo avait transformé deux murs – formant un coin de rue à Rotterdam – en un supermarché éphémère virtuel. Les murs extérieurs du bâtiment présentaient des images d’aliments populaires. Les passants pouvaient ainsi voir les produits « en rayon », ainsi que leur code barres. En scannant le code barres à l’aide de l’appli Jumbo, ils pouvaient ainsi ajouter les produits à leur panier virtuel. Enfin, ils pouvaient choisir de récupérer leurs achats en magasin, dans l’un des points de collecte Jumbo, ou de se les faire livrer.

Dans les magasins 

Intermarché repense les emballages de ses 10 000 produits, et espère avoir terminé ce projet d’ici la mi-2017.

Au Royaume-Uni, deux distributeurs développent leur assortiment de vins. Sainsbury’s a élargi sa gamme de vins premium Taste the Difference, et Aldi a ajouté des vins bio à ses produits saisonniers.

Selon Morrisons, l’augmentation des ventes de marques de distributeur a contribué à la hausse des bénéfices des distributeurs au Royaume-Uni.

Dixy, qui compte plus de 2 800 magasins en Russie, souhaite augmenter la part de marché de ses marques de distributeur pour atteindre 25 % des ventes, contre 16 % à l’heure actuelle.

Coop Suisse a lancé une gamme de produits pour barbecue, représentés par le chef star du petit écran Jamie Oliver.

Albert Heijn a lancé une gamme de collations plus saines, fabriquées à partir d’ingrédients naturels tels que des noix, des graines et des fruits secs.

En Norvège, Rema 1000 lance Meatish, une gamme de produits à base de protéines non issues de la viande.

Tesco introduit sa gamme de cosmétiques Pro Formula dans ses magasins polonais.

Après un essai concluant, Carrefour Belgique a lancé une boîte de repas, la « Simply You Box ».

En Autriche, Merkur a élargi sa gamme « Immer Grün » (Toujours Vert) à laquelle elle a ajouté des produits de nettoyage.

Au Danemark, Netto propose désormais du poulet bio et élevé en plein air.

Au Portugal, Sonae a enregistré une hausse de son chiffre d’affaires de 7,2 % pour atteindre 5,4 milliards d’euros, franchissant ainsi pour la toute première fois la barre des 5 milliards d’euros.

Delhaize Ahold a annoncé que les magasins Albert Heijn resteraient ouverts en Belgique au minimum jusqu’en 2019.

Mercadona souhaite investir jusqu’à 1,2 milliard d’euros afin de renforcer ses activités cette année.

Le groupe Rewe a enregistré une augmentation de son chiffre d’affaires de 5 % l’an dernier pour atteindre 54 milliards d’euros, principalement grâce à ses magasins en Allemagne.

Selon Coop Sverige, ses bénéfices ont augmenté grâce au succès de ses nouveaux formats de magasins.

Monoprix a lancé un nouveau programme de fidélité.

Casino a annoncé que ses magasins Leader Price avaient renoué avec la rentabilité en 2016, et que ses hypermarchés Géant « avaient considérablement réduit leurs pertes ».

Dia restructure plus de 2 000 de ses magasins Dia Market.

En Espagne, Lidl a annoncé une hausse de 13 % de ses ventes et de 40 % de ses bénéfices.

Colruyt a lancé Xtra, une carte de fidélité pouvant être utilisée dans plus de 600 magasins, mais également des points d’enlèvement pour neuf chaînes de son groupe ainsi qu’un magasin en ligne.

Marks & Spencer a fermé l’ensemble de ses magasins en Chine.

Aldi souhaite lancer officiellement son site Web pour la Chine ce mois-ci.

Études de marché 
Les consommateurs néerlandais sont fidèles

Selon GfK, la fidélité des consommateurs néerlandais n’a cessé de croître ces dernières années. En 2008, le ménage néerlandais moyen se rendait dans 4,53 supermarchés par an. En 2016, ce nombre était descendu à 4,32. Cette réduction s’explique principalement par le retrait de C1000 et de Super de Boer du marché. En 2008, 53,5 % des ménages faisaient parfois leurs courses chez C1000, et 33,9 % chez Super de Boer. Mais c’est Albert Heijn qui détient la clientèle la plus nombreuse. Sur l’ensemble des ménages néerlandais, 87,4 % faisaient leurs courses chez Albert Heijn en 2016. En 2008, ils n’étaient que 82,9 %.

Évènements 
16-17 mai

Salon international « Le Monde de la Marque de Distributeur »
Amsterdam, Pays-Bas