Nouvelles de l'industrie

PLMA E-Scanner – août 2017

août, 2017
La marque de distributeur devrait progresser en Allemagne

Selon une enquête menée par IGD, les ventes de produits MDD en Allemagne vont continuer à croître au cours des prochaines années. Selon le rapport : « Parce que l’Allemagne a inventé le concept des discounters, ceux-ci possédant aujourd’hui jusqu’à 90 % des parts de marché des marques de distributeur, les consommateurs allemands ont l’habitude des produits MDD et ils les recherchent dans des catégories très diversifiées. Les parts de marché des produits MDD progressent et nous pensons que cette évolution devrait se poursuivre, les distributeurs stimulant l’innovation et étendant leurs gammes, notamment dans les domaines à forte croissance que sont les produits bio, ’sans’, végétariens et végétaliens, ainsi que les plats préparés. »

Le marché alimentaire allemand devrait atteindre les 259 milliards d’euros d’ici 2021, soit un taux de croissance de 11 %. Le rapport prévoit que les principaux canaux de distribution des produits alimentaires progresseront au cours de la période, principalement stimulés par l’inflation associée à une croissance de la population et des investissements des distributeurs. IGD affirme que de nouveaux concepts de distribution émergent partout sur le marché alimentaire allemand, marché jusqu’à récemment dominé par les discounters et les supermarchés.

Les grandes marques souffrent

Une nouvelle étude confirme que les grandes marques rencontrent aujourd’hui des problèmes. Le rapport 2017 OC&C/Grocer Global 50 révèle que les ventes des 50 plus grandes entreprises qui évoluent dans le secteur des biens de grande consommation ont baissé de 0,7 % en 2016, ce qui constitue le premier recul depuis 2003. L’année dernière, la croissance était de 0,3 %. Même pendant les pires moments de la récession mondiale en 2009, le secteur enregistrait une croissance de 0,6 %.

Selon OC&C : « En l’absence d’une montée de l’inflation ou d’une progression rapide des principaux marchés émergents, les géants mondiaux sont confrontés à un défi fondamental de croissance sur les marchés de base, car les consommateurs délaissent les biens de consommation pour s’orienter vers d’autres utilisations technologiques et de loisir, et parce qu’une pléthore de petits concurrents agressifs suscitent l’intérêt de segments de consommateurs en pleine fragmentation. »

Ces pressions ont poussé les acteurs internationaux à se concentrer sur les résultats financiers, où il y a davantage de raisons d’être optimistes car la marge brute des entreprises du Global 50 a progressé de 1,1 points pour atteindre un record pluriannuel de 46 %.

Lidl accélère son expansion au Royaume-Uni

Lidl envisage d’accélérer son expansion au Royaume-Uni. Le discounter a annoncé qu’il prévoit d’ouvrir 60 magasins supplémentaires par an au Royaume-Uni et a amassé des fonds pour financer ce programme. Lidl a ouvert 30 magasins l’année dernière et il en possède aujourd’hui 670, mais de nombreux consommateurs n’ont pas encore de magasin près de chez eux, déclare le PDG britannique Christian Härtnagel au journal The Telegraph.

Il affirme également que le distributeur envisage d’ouvrir « au moins un magasin par semaine » et déclare que Lidl a déjà choisi où ouvrir 50 à 60 magasins par an au cours des deux prochaines années, alors que ces ouvertures étaient de 30 l’année dernière. « Nous n’avons jamais connu une telle croissance au Royaume-Uni », a-t-il déclaré au journal.

Le distributeur détient aujourd’hui 5 % des parts de marché. Il fait remarquer que les bénéfices de Lidl seront inférieurs cette année « en raison de l’investissement considérable et des conséquences du Brexit ». Toutefois, il affirme : « nous sommes une société privée et nous mettons encore l’accent sur notre rentabilité à long terme ».

Carrefour ouvre de nouveaux formats

Carrefour teste actuellement de nouveaux formats de magasin. En France, le distributeur teste un format de magasin de proximité spécialisé dans les aliments à consommation immédiate. Le format est appelé Bon’App, ce qui correspond à la propre marque de snacks du groupe. Le format propose environ 600 articles : produits préparés pour n’importe quel moment de la journée, du petit-déjeuner au dîner. Il vend également des boissons chaudes et froides, des snacks chauds, des salades, des sandwiches, des fruits et des légumes coupés, des gâteaux et des bonbons. Les consommateurs peuvent en outre s’assoir au bar et consommer sur place. Carrefour avait déjà testé les formules shop-en-shop de Bon’App dans plusieurs hypermarchés. D’une surface de 50 à 60 m², les magasins Bon’App sont petits et sont situés dans les centres des villes actives.

En Italie, Carrefour a lancé deux formats de magasin, Carrefour Market Attrazione 2.0 et Carrefour Express 3 Minuti. Le magasin Attrazione 2.0 est ouvert 24 sur 24, sept jours sur sept, et il offre plus de 16 000 articles sur une surface de 2500 m². Dans le segment alimentaire, une section de 60 m² est dédiée à la zone bio, avec plus de 800 produits, dont des produits bio, sans gluten, végétariens et végétaliens. Le magasin présente également un magasin de parfums, des articles non alimentaires saisonniers et du textile. Le concept Carrefour Express 3 Minuti est un magasin de 160 m² qui commerciale des aliments préparés.

Sainsbury’s souhaite racheter Nisa

Un autre grand distributeur britannique souhaite racheter une chaîne de magasins de proximité. Sainsbury’s offre 130 millions de livres sterling pour racheter Nisa, au moment où le secteur lance des initiatives pour se consolider, à la suite de la tentative de Tesco de racheter Booker pour 3,7 milliards de livres. Le conseil d’administration de Nisa, constitué des propriétaires des magasins, a fait appel à des banques pour être conseillé sur ses options stratégiques eu égard à la proposition d’alliance Tesco-Booker, certains considérant cette initiative comme un changement majeur dans le commerce de proximité du pays.

Le quotidien The Guardian annonce qu’à la suite de négociations avec d’éventuels prétendants, dont Co-op et Morrisons, Nisa recommande à ses membres Sainsbury’s comme candidat préféré. Les 1400 membres de Nisa exploitent 2500 magasins, et certains entrepreneurs dirigent de petits groupes de distribution. Le plus grand client du groupe est la chaîne de magasins de proximité McColl’s.

Les distributeurs investissent dans les programmes en ligne

Les distributeurs alimentaires européens augmentent constamment leurs investissements dans les programmes en ligne.

En Allemagne, Rewe envisage d’étendre son offre en ligne, en proposant des produits regroupés selon des thèmes alimentaires, de la cuisine et du ménage. Outre leurs courses hebdomadaires, les clients peuvent également commander des produits d’autres distributeurs.

Dia travaille avec Amazon pour vendre ses produits alimentaires à plus de villes en Espagne grâce au service Amazon Prime Now.

Au Royaume-Uni, Tesco fusionne ses services en ligne avec point d’enlèvement pour les produits alimentaires et les produits généraux, de sorte que les clients puissent tout récupérer en un seul trajet. Le distributeur a également déployé un service de livraison en une heure des produits alimentaires pour ses clients londoniens.

Au Danemark, Dansk Supermarked Group affirme que sa plateforme de distribution en ligne Wupti offre maintenant plus de 60 000 produits, en collaboration avec d’autres marchés en ligne.

En Irlande, Musgrave affirme prévoir d’« investir massivement » dans des programmes en ligne de produits alimentaires.

Jugement de la Cour européenne

La Cour européenne de justice estime qu’il est illégal de commercialiser des produits à base de plantes avec des termes tels que « lait », « beurre » ou « fromage » car ceux-ci sont réservés aux produits d’origine animale.

L’arrêt intervient après que l’entreprise d’aliments végétaliens allemande TofuTown a été accusée d’enfreindre la législation de l’UE sur la désignation des produits laitiers. L’entreprise, qui fabrique et distribue des produits à base de plantes tels que le « beurre de tofu Soyatoo » et « fromage végétarien », a affirmé que la manière dont les consommateurs interprètent ces termes a « considérablement » changé ces dernières années.

La cour a conclu que ces termes ne doivent pas être utilisés légalement pour désigner des produits exclusivement à base de plantes, même si l’origine végétale du produit est clairement indiquée. Elle affirme que l’ajout de termes descriptifs ou explicatifs « ne doit pas totalement exclure le risque de confusion de la part des consommateurs ».

La Commission européenne agit contre les taxes polonaises

La Commission européenne a déclaré qu’une taxe de détail en Pologne qui s’attaque aux grandes chaînes de supermarchés est une infraction aux règles européennes en matière d’aide publique. La taxe était structurée sur une base progressive de sorte que les petits groupes dont les ventes sont basses en était exemptés, tandis que les distributeurs dont le chiffre d’affaires est plus élevé payaient plus.  Le parlement polonais a approuvé la loi introduisant la taxe en juillet dernier et elle est entrée en vigueur en septembre 2016.

Offre chinoise pour Esselunga

Le groupe d’investissement immobilier et énergétique chinois Yida International a offert 7,5 milliards d’euros pour le rachat de la chaîne de supermarchés italienne Esselunga. L’offre est de 25 % supérieure à l’estimation la plus élevée offerte en septembre dernier par les fonds d’investissement Blackstone et CVC, qui avaient estimé la valeur du distributeur avant la disparition de son fondateur Bernardo Caprotti. La Repubblica affirme que l’offre a été envoyée à tous les actionnaires de Supermarkets Italiani, qui exploite la chaîne Esselunga et la société immobilière Villata.

Dans les magasins 

Rewe et Penny réduisent le contenu en sel et en sucre des produits de leurs marques.

Albert Heijn réduit la quantité de sucre présent dans ses boissons AH Frisse Fruitdrank et AH Djoezz dans des proportions pouvant atteindre les 30 %, et il propose des alternatives plus saines pour les enfants sous la forme de 14 nouveaux produits.

Au Royaume-Uni, Sainsbury’s entreprend une vaste révision de son processus d’approvisionnement des emballages de sa gamme MDD.

Les ventes de Lidl progressent en Roumanie, avec une hausse de 18 % pour l’exercice 2016.

Au Portugal, Continente a développé sa gamme de viande Fácil & Bom en déployant plus de 30 références.

Système U a lancé une bière sans gluten certifiée bio.

Lidl a introduit sa gamme My Best Veggie en Italie. La ligne propose plus de 20 produits végétariens et végétaliens.

Eurelec, la centrale d’achat de Rewe Group et de l’association de distributeurs français Leclerc, commence à négocier avec les fabricants pour l’année 2018.

Kesko annonce que sa coentreprise créée avec Oriola a été approuvée par l’autorité finlandaise de la concurrence. La coentreprise prévoit d’ouvrir 15 magasins de santé et de beauté d’ici la fin de l’année.

Au Royaume-Uni, Waitrose a introduit une gamme de vin en cubitainers, susceptibles de contenir jusqu’à trois bouteilles de vin.

Monoprix a ouvert trois magasins spécialisés dans les produits bio végétaliens sous la bannière Naturalia à Paris et à Vincennes.

En Australie, Woolworths a remanié son offre d’aliments MDD afin de mettre davantage l’accent sur la santé et la nutrition.

Costco, la chaîne de magasins-entrepôts américaine, a ouvert son premier magasin en France.

En Russie, le X5 Retail Group s’est lancé dans un déploiement à l’échelle nationale d’un nouveau programme de fidélité pour sa bannière Pyaterochka.

Auchan rebaptise ses hypermarchés Nasha Raduga (Notre arc-en-ciel) en Russie en Kashdy Den (Chaque jour). Le distributeur a également acheté Karavan, qui exploite neuf hypermarchés et grands magasins alimentaires en Ukraine.

Tesco relance sa Clubcard en adoptant un nouveau look et en y intégrant la technologie sans contact, afin de faire gagner du temps aux clients en caisse et pour leur offrir un programme de fidélité plus avantageux.

Études de marché 
Les marques de distributeur gagnent du terrain au Portugal

Les marques de distributeur sont en train de gagner des parts de marché au Portugal. Un rapport publié par Centromarca indique que la MDD a représenté la moitié du marché (49 %) au premier trimestre 2017. Il s’agit là d’une hausse importante puisque les marques de distributeur possédaient 40 % des parts de marché en 2016, selon les statistiques Nielsen publiées dans l’Annuaire International de la MDD de la PLMA.

Le rapport Centromarca indique également que les hypermarchés du pays voient leurs ventes baisser. Le déclin est particulièrement marqué en termes de volume dans les aliments (-6 %), la nourriture pour animaux (-5,3 %), l’hygiène personnelle et la beauté (-3,1 %) et les produits de nettoyage de la maison (-2,5 %), tandis que les boissons affichent une croissance nulle.

Les ventes de produits alimentaires en ligne progressent

De nouveaux rapports commerciaux montrent que les ventes de produits alimentaires en ligne progressent sur deux marchés de distribution très différents : le Royaume-Uni et l’Italie. Mintel prévoit que la croissance de ce marché devrait se poursuivre au Royaume-Uni avec des prévisions de hausse de 12 % cette année, à 11,1 milliards d’euros.  La part des ménages qui effectuent toutes leurs courses alimentaires en ligne a également doublé depuis 2014.

Pas moins de 14 % des britanniques effectuent actuellement tous leurs achats de produits alimentaires en ligne, alors que ce chiffre était de 7 % en 2014. Parallèlement, la part des personnes affirmant effectuer la plupart de leurs courses alimentaires en ligne a progressé de 13 %, contre 10 % en 2014.

Bien que les Italiens achètent de plus en plus de produits alimentaires et de boissons en ligne, ces achats sont nettement inférieurs par rapport aux autres pays puisqu’ils ne représentent que 0,5 % des achats de détail totaux en Italie. Le marché en ligne des aliments et des boissons italien vaut aujourd’hui 812 millions d’euros, soit une hausse de 37 % par rapport à 2016, selon le groupe numérique Osservatori. De ce chiffre global, les aliments représentent 708 millions d’euros (+39 %), et les 104 millions restants (+26 %) correspondent aux produits de santé et de beauté.

Nouvelles PLMA 
Programme de formation des cadres se tiendra du 24 au 26 octobre

Les inscriptions au programme de formation des cadres supérieurs de la PLMA qui doit se tenir du 24 au 26 octobre à la Nyenrode Business Universiteit d’Amsterdam sont maintenant ouvertes. Le programme est exclusivement consacré aux marques de distributeur et la formation se penche sur la stratégie des MDD, les relations fabricant-distributeur, la gestion de la chaîne logistique, le développement de produits, l’élaboration de scénarios, la gestion de l’innovation, la promotion et les tendances qui émergent dans le monde.

La formation s’adresse aux fabricants comme aux distributeurs. Le programme associe des activités interactives à des conférences et à des études de cas classiques. Les formateurs proviennent à la fois du monde universitaire et de l’industrie.

Pour en savoir plus ou pour vous inscrire au programme de formation des cadres supérieurs 2017 de la PLMA, contactez la PLMA par téléphone au +31 20 575 3032, ou en cliquant ici.
 

Évènements 
24-26 octobre

Programme de formation des cadres
Amsterdam, Pays-Bas

12-14 novembre

Salon MDD des États-Unis
Chicago, États-Unis